Vous arrivez à Stellata en abandonnant la route de Sermide en prenant la rive droite du Pô.

Indiqué dans les anciens documents comme « Goltarasa » (1082), le bourg prit son nom actuel seulement au début du XVIe siècle avec le sens de « pilotis utilisés dans les travaux fluviaux ». Une fois ancienne possession de la maison d’Este, la propriété du lieu passa aux Contrari qui y tenaient un Vicomte, puis aux Pepoli de Bologne. Ces lieux ont été le théâtre de la guerre entre Ferrare et Venise pour la possession du « Polesine » de Rovigo dans les années 1482 et 1510. En tant que frontière des Estensi et successivement de l’État pontifical, Stellata était une garnison militaire, faisant l’objet d’interventions répétées de fortification et de renforcement du contrôle hydraulique du territoire.

Historiquement on reconnait dans le site de Stellata une vocation de défense militaire, qui s’est exprimée à partir du Moyen Age jusque à l’époque moderne. Les informations de la présence de fossés et de tranchées semblent remonter aux années autour de l’an mille, tandis qu’un Fort « Ficarolo » est cité sur l’autre rive du Pô, déjà au XIe siècle. La situation côtière de la ville de Stellata le long de la rive droite de la rivière Po, juste en face du village de Ficarolo, sur la rive gauche de la rivière, répète un motif traditionnel dans la répartition des habitats fluviaux, que l’on retrouve tout au long du Pô et des autres rivières de plaine.

Cette organisation territoriale est bien illustrée dans l’Orlando Furioso de l’Arioste, lorsque le poète décrit le parcours de Rinaldo, qui est descendu du Pô, pour atteindre Ferrara:

« Reste Melara sur la rive gauche;

Bâtie Sermide sur la rive droite;

Figarolo et Stellata le bois passe,

Où le Pô en colère baisse ses cornes. » (chanson XLIII, 53)